Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 23:04
  À l'occasion des vases communicants du mois de juin, Isabelle et moi nous étions spontanément répondu à chaque texte écrit par l'une ou l'autre sur le thème choisi, et, de fil en aiguille, avons découvert à la fin de cet échange que nous avions créé ensemble un texte homogène à quatre mains.

     Isabelle m'a proposé il y a quelques semaines de renouveler cette expérience d'´écriture-correspondance sur le thème de l'été, de nos étés passés et des images qu'ils faisaient surgir en nous. J'ai accepté, comme la première fois, avec enthousiasme.
      
     Nous avons décidé de mettre en ligne un à un, sur une période de 19 jours, les 19 textes écrits, dans l'ordre de leur écriture.

       Elles faisaient la cuisine et sans doute la faim me motivant, la chaleur me chassant, je rentrais du jardin, je venais rôder dans les parages, alors on me confiait la tâche très subalterne de mettre la table. Pendant ce temps, leur conversation entrecoupée par les attentions diverses que demandait la préparation des aliments n'empêchait pas d'entendre la radio. J'écoutais au fond assez peu ce que les adultes disaient, les uns ou les autres, indifféremment, ils étaient un peu à côté du monde. Je posais les assiettes sur la table en fonction de règles précises qu'on m'avait apprises, et que je respectais scrupuleusement, du moins me semblait-il parce que tout cela brinquebalait un peu dans mes mains d'enfant. Je tournais à mi-hauteur du monde dans l'univers de la cuisine qui était complexe et précis. Je me souviens de la "sécheresse", et de ce mot qui revenait en boucle aux informations lorsque je mettais la table, et qui m'était tout à la fois effrayant et un peu incompréhensible. Au bout de quelques jours, je me risquais à demander, si nous allions pouvoir continuer à boire de l'eau, et comment nous ferions quand il n'y en aurait plus. Et à ma grande surprise, pour une fois que je tentais de rejoindre leur monde, les adultes haussèrent les épaules, et me dirent que, évidemment, on allait continuer à boire de l'eau, et qu'il continuerait à y en avoir. J'en conclus qu'ils avaient un usage des mots très étrange, et qu'ils ne leur accordaient pas assez d'importance. Et je me désintéressai de nouveau de leur monde.

 



Partager cet article

Repost 0
Published by Le vent qui souffle - dans été(s)
commenter cet article

commentaires