Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 16:01

Quand je la voyais sortir de l'isoloir et faire la queue derrière des électeurs qui avaient en commun l'initiale de leur patronyme, puis retenir une enveloppe bleue au-dessus de l'urne en attendant qu'un gardien de la république finisse de décliner son identité, je me sentais spoliée par l'état-civil. A part son enveloppe familière, sa démarche et la couleur gris bleu de ses yeux, comme la Manche à Calais ou à Malo-les-Bains, que savais-je de ma mère?... Je lui avais soustrait, j'avais absorbé des pans entiers de son être et j'étais incapable de mettre des noms sur ces emprunts indiscernables... Pour me recoudre à elle, je lui donnais la main.

 

Le dernier mot d'elle, éditions La Chambre d'échos. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le vent qui souffle - dans extraits Chambre d'échos
commenter cet article

commentaires