Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

23 décembre 2013 1 23 /12 /décembre /2013 08:30

Chaque jour à la même heure, pendant que je prends mon petit déjeuner, une mésange charbonnière picore amicalement en face de la fenêtre de la cuisine, en me racontant les nouvelles du jardin. L'écureuil avec lequel j'ai des accointances pose en passant des questions à l'aide de son panache en forme de point d'interrogation. Le chat du voisin qui rôde en permanence essaie de les balayer à coups de griffes. Mes petits amis sont plus vifs que lui, heureusement, mais pour me rassurer moi-même, j'ouvre la fenêtre en général juste à temps pour apercevoir le hérisson sorti de son sommeil et le sauver, lui aussi, des mauvaises intentions du chat. On entend alors souvent le cri rauque d'un faisan suivi d'un coup de carabine. Quand je vais me promener ensuite dans le champ au bout du jardin, je m'amuse à repérer les terriers des lapins et les gîtes des lièvres. Je suis les traces laissées par les chevreuils et je m'aventure vers les bois en ayant un peu peur de me retrouver nez à nez avec le sanglier qui a marqué le sol de ses empreintes. Surtout, je lève le nez et je contemple le ciel immense. Toute seule et à n'en plus finir, je ris aux anges...

 

     

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le vent qui souffle - dans chronique
commenter cet article

commentaires

Isabelle Pariente-Butterlin 24/12/2013 05:18


Quelle image … c'est à tomber … j'ai la chance de commencer le jour en lisant ce texte, qui est à lui seul toute une petite cosmologie terminée par un éclat de rire ! 

Le vent qui souffle 24/12/2013 10:52



Les animaux sont cruels, mais naturellement cruels, tandis que nous, les humains... Ne vaut-il pas mieux s'abstraire et en rire? Merci pour ce rire partagé, très chère Isabelle.



brigitte Celerier 23/12/2013 08:35


vous envie, en dehors des pigeons je dois inventer

Le vent qui souffle 23/12/2013 11:19



Chère Brigitte, comme j'aimerais, moi aussi, me promener en Avignon, dans les anciennes ruelles et sur les places, aller dans les expositions et profiter des spectacles! Grâce à votre
blog http://brigetoun.blogspot.fr/, j'ai l'impression de le faire un peu...