Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 11:00

            Son visage était déjà tendu vers l'ouvrage qu'elle allait entreprendre. Elle achevait de laver la vaisselle avec des gestes plus vifs que d'habitude, à la limite d'un faux mouvement, mais non, le verre qui avait glissé de ses doigts était rattrapé de justesse... Elle disait qu'elle se dépêchait pour ne pas perdre de temps, et moi, je partais à l'école...

            Je me sentais confusément impressionnée par la tâche qui allait s'accomplir sans moi sur la table de la cuisine, débarrassée et nettoyée des restes du repas. Le degré de nervosité de ma mère m'indiquait à quel niveau de difficulté elle devait se hisser. Son inquiétude me gagnait. Je n'aurais pas aimé qu'elle échouât, j'étais comme elle taraudée par le doute. A mon retour, je la retrouverais penchée sous la lampe au-dessus de la table, les lèvres serrées sur deux ou trois épingles ("Ne fais jamais ça, tu pourrais les avaler!"), fébrile ("Qu'est-ce qu'on va manger ce soir?..."), et les premiers commentaires qu'elle livrerait laisseraient présager le meilleur ou le pire ("Cette fois-ci, je ne croyais pas - "je crois" - que j'en viendrais à bout" - "que je n'en viendrai pas à bout...").

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le vent qui souffle
commenter cet article

commentaires

chiendentbel 25/07/2014 16:48


Bel articjesur les tâche ménagères quotidiennes.

@aunryz 25/07/2014 12:32


"...son
inquiétude me gagnait..."


ainsi que le
lecteur


(Que perd-on
lorsque l'inquiétude nous gagne ?)

Le vent qui souffle 25/07/2014 13:27


La mère court le risque de ne pas réussir l'œuvre entreprise, son ouvrage de couture; l'enfant craint de perdre sa sécurité affective à travers le questionnement de la mère...