Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 00:04

Flots

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le vent qui souffle - dans pastels
commenter cet article

commentaires

Isabelle Pariente-Butterlin 04/03/2014 09:40


Chère Françoise, ne me remerciez pas, j'aime tant venir chez vous et y reprendre souffle. Je ne peux pas m'empêcher de me demander comment il se fait que la vie sociale soit si pesante alors même
que c'est nous qui la faisons, que nous devrions pouvoir en décider, et il n'en est rien, et pourtant tout le monde respire à peine. Alors que se passe-t-il ? Je ne comprends pas. En tout cas,
heuruesement, il existe dans le monde des espaces comme votre site. 

Le vent qui souffle 04/03/2014 12:39



Quand nous venons au monde, nous sommes pris pour le meilleur et pour le pire dans les mailles très serrées d'un filet tissé avant nous et perpétué par des gens qui, comme nous, se sont trouvés
pris dans la nasse... Tout bien réfléchi, ce filet pourrait être un nid doux et accueillant, car nous avons besoin d'être enveloppés par un filet protecteur, et c'est le cas lorsque les plus
grands prennent soin des plus petits... Que se passe-t-il? Pour une part, nous subissons la vie sociale telle qu'elle nous est proposée, sans réellement pouvoir agir sur les super ou les
infra-structures autrement que par une action citoyenne de long terme, à condition de ne pas se laisser décourager devant les forces contraires... Mais le plus grave sans doute est cette part
d'ombre en chacun de nous qui fait qu'une relation donnée dans un cadre donné de la vie sociale peut virer au cauchemar à cause d'une méchanceté "gratuite"... 



Fabienne DAVID 04/03/2014 08:53


Je suis née en bord de mer,et celle-là m'enveloppe délicieusement.Chapeau l'artiste!

Le vent qui souffle 04/03/2014 12:22



Merci pour cette visite chez moi, très chère Fabienne, et pour ces quelques mots posés amicalement sous ce dessin!



Isabelle Pariente-Butterlin 28/02/2014 07:52


Quand l'océan me manque je passe chez vous, Françoise. Il y a une respirations. Il y a toujours une respiration qui est celle que nous cherchons dans le monde quand nous allons marcher au bord de
l'océan. 

Le vent qui souffle 28/02/2014 11:39



Merci, Isabelle, d'avoir pris le temps de cette respiration avec moi, et d'élargir mon propre espace vital avec vous aux bords des mondes, en échappant autant que faire se peut à cette vie
sociale empesée ou cynique(au sens moderne) et cruelle... 



claudine mangen-sales 27/02/2014 07:08


c'est superbe ! on y est vraiment et j'aime cette économie de moyens

Le vent qui souffle 27/02/2014 11:54



Merci, Claudine, votre avis m'est précieux.