Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 23:06

« L’empathie : se vivre soi-même comme un autre… »

 

L’émission Sciences publiques de France Culture porte sur le développement durable. Le débat tourne autour de l’ampleur des futurs désastres, fonction de la plus ou moins forte volonté actuelle d’en atténuer les effets.

 

L’un des intervenants s’intéresse aux oxymores (quatre-quatre urbain, moralisation du capitalisme…). Sa thèse est que seule la prise de conscience du risque encouru personnellement peut déclencher l’action. L’intervenant qui a cité Paul Ricoeur déplace la discussion sur le terrain des tragédies d’aujourd’hui. Sa thèse est que la meilleure façon de prévenir les catastrophes du futur serait de mettre en œuvre, maintenant et tout de suite, un développement équitable pour tous les habitants de la planète.

 

Quelques heures plus tard, sur France Inter, autre émission, même thème. Une scientifique expose les raisons de son optimisme. Face à la contrainte, l’Homme a toujours réussi à se tirer d’affaire ! J’écoute d’une oreille distraite, je mets du temps à comprendre mon malaise. L’Homme, peut-être, mais les humains ? Chacune des personnes qui peuplent ou peupleront la Terre ? Je me souviens alors à quel point la voix de l’intervenant (Jean-Claude Ameisen) qui se préoccupait, au début de l’après-midi, des malheurs présents vibrait d’empathie. La voix de la scientifique me paraît froide. Je n’aime pas cette voix (e)-là.

 

18 septembre 2009. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le vent qui souffle - dans écologie
commenter cet article

commentaires