Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 23:04

Je ne sais plus qui m’avait offert ce Jokari ni à quelle occasion… Le Jokari avait l’avantage de me dispenser d’avoir un(e) partenaire, le rôle étant tenu par la petite balle attachée à l’élastique qui la reliait à moi. La balle revenait vers moi en proportion de la vitesse que je lui avais donnée, de la direction dans laquelle je l’avais lancée, elle m’obéissait et je la suivais, elle prolongeait mes mouvements, me faisait taper toujours plus fort, toujours plus loin, toujours plus vite, devenait une extension de moi-même, et je me découvrais moins maladroite que je le croyais, capable de tenir tête à l’imprévu de cette petite boule étonnante qui sautait et virevoltait dans tous les sens avec une élasticité que je pouvais maîtriser, que j’apprenais à contrôler en améliorant la précision de mes gestes.  

Partager cet article

Repost 0
Published by Le vent qui souffle - dans jokari
commenter cet article

commentaires

Defrancoisjose 25/04/2013 12:19


J'avais coutume, petit, d'aller passer quelques heures le mercredi après midi chez une de mes cousines. Au delà de ce souvenir, il me reste celui, cuisant, de la petite balle rouge qui était venu
me frapper la joue alors que je m'essayai au Jokari. Il me semble n'avoir fait qu'une seule tentaive pour apprivoiser les trajectoires imprévues de ce diabolique engin...

Le vent qui souffle 25/04/2013 12:47



J'ai reçu pour ma part plusieurs fois dans la figure la raquette en bois d'un compagnon ou d'une compagne de jeu car je n'anticipais pas ses mouvements...



brigitte Celerier 25/04/2013 00:19


ma maladresse réelle salue votre maladresse absente

Le vent qui souffle 25/04/2013 12:40



mon adresse était toute relative et je vous remercie pour votre présence ici