Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 23:04

La clochette avait retenti comme au temps de son enfance lorsqu'elle ressortait avec son hebdomadaire préféré de la petite librairie située sur le côté commerçant de la place Chanzy, bordée à l'opposé par une frange douteuse de ruelles et de courées aux maisons branlantes, dans le faubourg nord-est de cette ville moyenne où elle n'avait plus jamais eu le courage de se rendre, bien qu'elle l'évoquât si souvent en pensée et n'en fût éloignée que d'une quinzaine de kilomètres... Elle avait gardé le travers de lire en marchant, incapable de maîtriser son impatience, mais cette fois, en raison de l'incommodité de la position - pour les préserver de la pluie, elle les avait placées sous un pan du ciré noir qu'elle avait acheté à Edimbourg l'été d'avant - elle n'avait fait que parcourir en les feuilletant, assez satisfaite de sa prise, les liasses que formaient les annales qu'elle avait convoitées et que le libraire avait eu la gentillesse extrême de rechercher dans ses archives et de lui confier, sous réserve, cependant, qu'elle lui rendît ces exemplaires uniques. Pour échapper à l'averse qui tombait drue, elle avait pris le raccourci et s'était réfugiée sous la verrière du passage couvert. Les gouttes éclataient en crépitant sur le toit de verre sale. C'était là, comment ne pas s'en souvenir, sur ce même banc un peu cassé, auprès duquel de précédents occupants avaient jeté des papiers gras, sous cette verrière dont les salissures obstruaient la lumière, qu'elle avait effectué, ce matin-là, sa première halte consciente, qu'elle avait commencé à reprendre ses esprits, à se ressaisir, à émerger de l'état hypnotique dans lequel elle était plongée depuis la disparition dans la brume du véhicule qui éloignait d'elle son compagnon.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le vent qui souffle - dans l'avenir improbable
commenter cet article

commentaires