Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 00:04

 

       Devant la gare, avec ses habits noirs et son foulard qui lui mangeait le visage, Rosana avait l'air d'une veuve. Aux heures de pointe, son immobilité de statue gênait la foule. On lui disait d'une façon contradictoire qu'elle était libre de et qu'elle devait circuler...

   

       Minima la tirait par la manche, son corps résistait comme un roc. Rosana restait plongée dans le flux de ses pensées. Minima attendait avec elle, en imitant sa patience infinie, que les familles se remettent d'aplomb. Les scènes de leur vie quotidienne se remettraient alors à ressembler à des photos...



       Elle transportait dans son sac celle d'un homme-orchestre. Les lèvres de l'artiste jouaient de l'harmonica, ses mains de l'accordéon et ses pieds de la grosse caisse. Isolé dans un cône de lumière, il ressemblait à un jouet mécanique.



       Minima se souvenait des coups de cymbales. Elle se trouvait dans un cirque, au milieu du cercle familial. Sur la photo, elle n'était pas plus haute qu'une poupée, mais, assise sur ses épaules, elle dépassait son oncle de la tête. Elle faisait tinter les grelots qui entouraient son chapeau, au rythme de l'orchestre.



       La musique faisait partie de leurs bagages. L'âme de leurs ancêtres les accompagnait partout grâce à elle. Rosana chantait certainement en silence dans sa tête quand les gens lui faisaient remarquer qu'elle pouvait circuler. L'heure n'était pas venue. Comme les oiseaux migrateurs, Rosana attendait un signal. Attachée à sa place sur le parvis de la gare, elle ne se sentait pas prête pour n'importe quel départ...

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le vent qui souffle - dans Gavroche des mers
commenter cet article

commentaires