Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 00:04

 

        Leurs malheurs avaient été relatés par la presse. La télévision avait filmé les familles dans les maisons vouées à la démolition. Les habitants mis à l'index avaient expliqué aux journalistes à quel point leurs logements n'avaient jamais été aussi confortables, solides et agréables que ces maisons dont les défauts n'avaient encore rien d'irrémédiable. Les pères avaient effectué toutes les réparations indispensables. Des bouquets fleurissaient les tables, les intérieurs reflétaient le bonheur qui était dans les coeurs. Minima avait répondu à des questions et sa mère avait fait une démonstration de couture. Leurs paroles avaient été traduites dans un langage adapté aux Autorités, pour qu'elles puissent comprendre leur « processus d'intégration ». Cela voulait dire, par exemple, que Minima était inscrite à l'école et qu'elle se sentait bien dans le quartier. Les gens la reconnaissaient, elle lisait les lignes de sa vie dans leurs yeux. Elle avançait dans les rues sans arrière-pensée, elle ne craignait pas d'être épinglée par la police.

 

      Leur maison lui paraissait belle, elle n'avait pas compris. Un vrai toit et de vrais murs, à l'intérieur une vraie vie. CHANTER était trompeur. Un I était tapi dans un pli de l'affiche que des hommes casqués avaient collée sur les parois de leurs volets. Prêt à bondir pour les mettre à l'Index. Insalubres, Indécents, Indignes, Indésirables... Il manquait à leur famille une pièce maîtresse. Elle aurait empêché la maison de s'écrouler. Elle avait vu les grues se comporter comme des machines de guerre. Entendu le bruit mat des boulets qu'elles avaient lancés en balançant leur long cou de girafes. Les trous s'élargissaient, des pans entiers de murs tombaient. Des rideaux de poussière s'élevaient des gravats en voilant les pièces éventrées. Un vide étrange apparaissait dans le sens vertical ! Une fenêtre battait des ailes, encore accrochée à son support en chute. Minima suspendait son souffle, elle essayait de retenir la vie. Des engins munis de chenilles parachevaient l'aplatissement général...

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le vent qui souffle - dans Gavroche des mers
commenter cet article

commentaires