Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 23:04

Une vague spontanée d'indignation avait parcouru le monde occidental. Sur les places des capitales et devant les institutions emblématiques comme Wall Street, de grands rassemblements festifs s'étaient formés pour dénoncer les méfaits de la finance. Nouveaux prophètes, les indignés, souvent jeunes et chômeurs, avaient pensé pouvoir réveiller pacifiquement les peuples, 99% de la population manipulée et endormie par 1% de puissants! Sans arrière-pensée idéologique, ils avaient joyeusement proposé une alternative qui remettrait l'économie à sa place, moyen de servir la politique au service des gens et non fin en soi dans une course folle au profit d'une infime minorité. Mais leur parole était restée sans relais politique, et ils s'étaient essoufflés, fatigués... 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le vent qui souffle - dans chronique de la crise
commenter cet article

commentaires

Dominique Hasselmann 30/09/2012 08:20


Vous avez peut-être lu cet article de Pedro Almodóvar ? Je l'ai mis tout à l'heure en lien sur
Twitter.

Le vent qui souffle 30/09/2012 10:35



Oui, les "hurlements de la réalité laissent le souffle coupé", et les madrilènes, comme les Grecs, souffrent en criant ou en silence, silence qui n'est pas à interpréter comme une acceptation!