Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 23:04

Le langage écrit me réconciliait avec le monde. J’aimais les phrases pour les accords qu’elles créaient entre la beauté et la bonté. Les cours de Français me libéraient de mes tensions comme le Jokari. La rédaction à faire à la maison tombait tous les quinze jours. Elle m’apparaissait comme un pensum au moment d’inscrire le sujet dans le cahier de texte, ensuite je l’oubliais jusqu’au dimanche après-midi qui précédait la remise des copies. J’étais en classe de cinquième. La jeune professeure avait perçu mon goût de l’écriture. Encouragée, je tenais à lui faire plaisir et à déjouer les  mauvais augures qui m’avaient prédit des déboires scolaires. Un dimanche après-midi sur deux, je prenais donc rendez-vous avec moi-même. La difficulté du sujet s’atténuait au fur et à mesure que je l’apprivoisais. Je plongeais dans le dictionnaire. Je confrontais chaque mot du sujet aux définitions qu’il proposait. Je passais ainsi sans doute plus de temps à m’imprégner du vocabulaire qu’à rédiger le texte de la rédaction à rendre le lendemain. Assez vite, j’oubliais l’objectif à proprement parler de mon travail, la production d’un texte, pour n’en percevoir que l’aspect gratuit qui me comblait. Je ressentais les sensations, je revivais les émotions que le sujet m’inspirait. Leur traduction en mots devenait un défi personnel.

 

LE JOKARI

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Le vent qui souffle - dans jokari
commenter cet article

commentaires

Defrancoisjose 27/04/2014 11:43


Nous voilà rendus bien loin, je me souviens de ces exercices obligés, rédactions d'abord puis un peu plus tard commentaires ou dissertations.


Mais le souvenir le plus aigu reste celui de l'urgence. Toujours écrire à la dernière minute sans quoi rien n'était possible. Le devoir fait l'heure d'avant sur un coin de table de bistrot dans
le joyeux brouhaha des parties de baby-foot, la tasse de café posée pas loin et dèjà ces cigarettes, béquilles des mots qui se refusent.

Dominique Hasselmann 27/04/2014 07:28


Le plaisir de la rédaction... la découverte de l'invention !