Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 23:04

Je n'ai gardé de ma grand-mère qu'un seul souvenir joyeux car je suis née trop tard pour réussir à vraiment lui réchauffer le coeur au soir de sa vie. Mais ce souvenir se télescope avec un autre, à une trentaine d'années de distance, et je crains de réveiller une émotion douloureuse. Etrange similitude, réitération, symétrie des scènes. Ma grand-mère avait fait mine de me poursuivre et nous avions tourné toutes les deux autour de la table jusqu'à l'épuisement. Je n'étais pas plus haute que trois pommes. Or, mes éclats de rire résonnent désormais avec ceux de mon fils âgé de deux ans, poursuivi de la même façon par mon père auquel il avait subtilisé son béret, et mort quelques mois plus tard, il y a de cela un peu plus de trente ans... Le monde est vraiment étrange. Je comprends la défiance de ma rationalité enfantine. Car je suis bel et bien (!) en train de devenir la sorcière tant redoutée des contes de l'enfance. Quelle est donc la nature exacte de ce sortilège mis en oeuvre par le temps?    Ma gorgée de bière  

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le vent qui souffle - dans ma gorgée de bière
commenter cet article

commentaires

Isabelle Pariente-Butterlin 18/09/2013 13:25


Cela touche à l'essentiel, ce que vous saisissez. Je me suis vue parfois faire, aussi, ce que j'ai vu ma mère faire, et les images se superposent, du présent et du passé, et ça donne le vertige
… 

Le vent qui souffle 18/09/2013 17:13


Nous reprenons, sans cesser de nous étonner, le flambeau qui nous a été transmis...