Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

30 juillet 2012 1 30 /07 /juillet /2012 23:06

| Le Monde | vendredi 20 juillet 2012    

       

par André Orléan, économiste, directeur d'études de l'EHESS et président de l'Association française d'économie politique (extraits)

 

 

Le capitalisme est une économie violente et anarchique qui a pour principe le désir d'enrichissement sans limite des individus... L'accumulation de marchandises n'est qu'un des aspects de sa dynamique, le plus immédiat. Tout aussi importante est la circulation des signes monétaires et financiers, car c'est elle qui livre la clef des enchaînements récessifs...

 

Entre son plus haut en 2007 et son plus bas en 2009, la moitié de la capitalisation boursière mondiale s'est volatilisée, soit une perte de 25.000 milliards de dollars. C'est assurément une destruction colossale de valeurs, l'équivalent de la moitié des richesses produites en un an sur la planète ou dix fois le produit intérieur brut de la France, mais il n'est pas évident d'en saisir le sens comme la portée...

 

Il ne faudrait surtout pas croire que cette difficulté aurait pour origine la nature rationnelle du chiffre, le fait que nous aurions soudainement quitté le monde des affects pour entrer dans celui du calcul. Rien n'est plus faux. Il faut même dire à l'inverse que le monde de la monnaie et de la finance est un monde saturé d'affects.

 

Nulle part ailleurs, le désir d'enrichissement ne s'exprime d'une manière plus puissante. Ce qui fait problème est le sens de ce désir, sa nature énigmatique...

 

Le 15% de rendement exigé par les actionnaires n'est nullement le résultat d'une analyse rationnelle... 

 

Les économistes peuvent apprendre beaucoup des artistes lorsqu'ils mettent en scène la logique des passions et des croyances. 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le vent qui souffle - dans crise
commenter cet article

commentaires