Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 00:04

     lundi 20 novembre 2028

    

 

     je plongeais les mains dans l'eau argentée

 

     l'or de la lumière coulait entre les doigts

 

     l'air pur et léger tremblait d'azur

 

     mon coeur tremblait d'amour

 

     les corps croyaient avoir une âme

 

     au diapason des dieux

 

     ~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

     VECTEUR

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le vent qui souffle - dans écrit depuis l'avenir
commenter cet article

commentaires

Isabelle Pariente-Butterlin 22/11/2013 08:43


Oui, je le pense oui, nous voudrions toutes les frontières poreuses, mais celle des temps est effrayante : on voudrait tant pouvoir dire au présent ce qui nous déchire le cœur à l'imparfait, ce
qui ne nous déchire le cœur que d'être à l'imparfait … 

Le vent qui souffle 22/11/2013 12:05



Oui, et de là viennent tous nos malheurs... (et peut-être aussi l'esthétique de "Aux bords des mondes", jusque dans son effacement, hélas?...)



Isabelle Pariente-Butterlin 20/11/2013 07:52


On voudrait tant que les verbes soient au présent … C'est terrible.

Le vent qui souffle 20/11/2013 10:41



Chère Isabelle, il me semble (en fait, je n'en sais rien) que de nombreuses frontières sont poreuses, mais pas celle-ci: quand le malheur frappe, "avant" devient un âge d'or soudainement
inaccessible et "après" une sorte d'enfer terrestre; entre les deux, la rupture est infranchissable...