Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 00:04

tristesse du seuil rayon de lune soleil en fugue chemin de nuit vergers troupeaux étoile du berger jamais ma volonté je ne veux serment mensonge du moment pourtant je le veux ce mensonge est mien jamais je ne veux vrai de vrai m'effondrer m'abîmer je ne veux pas je n'y peux rien c'est ainsi c'est faux je m'entraîne pour je l'espère je ne voudrais pas je sais je manque de forces je ne peux pas y arriver mais je le voudrais tant ne pas m'abîmer ne pas sombrer dans rester lucide le coeur léger car oui rayon de lune tendre lumière le désespoir est sur ses gardes aurait pu avait presque réussi m'en suis sortie pas pour toujours jamais gagné la lutte lutter gagner surmonter merci merci à quoi ça tient la nuit avait presque réussi à m'avaler déjà une autre fois sans importance passer passer sans crier gare nuit étoilée trame de jour soleil en fugue rayon de lune larmes de larmes lames d'argent soleil cou-coupé Parques tranchantes que faites-vous de l'étoffe défunte de nos vies   

Partager cet article

Repost 0
Published by Le vent qui souffle - dans mots décousus
commenter cet article

commentaires