Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 11:04

En traversant la ville en voiture, je fais soudain la constatation (pourquoi aujourd'hui plutôt qu'hier?) que tous les arbres ont enfin perdu leurs feuilles. Non, au bord de cette avenue, en ligne, cinq ou six platanes (tilleuls?) se prennent pour des sapins, verts comme en été, verts de haut en bas. De surprise, je perds un peu le contrôle de mon véhicule, qui se déroute puis se redresse. La scène de collision contre un platane ne s'est pas produite. J'ai eu le temps d'apercevoir sur le trottoir des petits tas de feuilles caduques. Dans le rétroviseur, mon regard emporte quelques feuilles volantes. La représentation que je me fais du monde retrouve son sens habituel.

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Le vent qui souffle - dans chronique
commenter cet article

commentaires

Isabelle Pariente-Butterlin 22/12/2013 08:46


Oh je reconnais si bien ces changements de sens du mouvement, en voiture, dans le rétroviseur, ou en train, quand on joue avec des reflets, et à inverser le sens de départ du train. 

Le vent qui souffle 22/12/2013 16:15



Dans la vie réelle, nos mouvements sont si peu fluides et toujours en butte à un obstacle! L'imagination y supplée en nous ouvrant un espace où les pensées peuvent se mouvoir comme si nous étions
en apesanteur, où tout devient possible?...