Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 00:06

De la guerre, je ne connaissais que les démolitions. Rosana en savait plus long que moi mais refusait d'en dire plus. Elle résistait pied à pied aux expulsions et ne perdait du terrain que pas à pas. Les horaires qu'elle s'était fixés pour régler sa vie dans le métro étaient aussi rigoureux que ses calculs géométriques pour délimiter l'emplacement de son tabouret. Elle avait besoin que la vie soit régulière. Les voyageurs réguliers lui permettaient de se maintenir dans un cadre parallèle. Quand j'avais froid, j'allais me réchauffer au-dessus d'une bouche du métro. Son haleine sortait d'une grille. Les voyageurs munis d'un ticket et bien vêtus se laissaient volontairement avaler. Mais nous?

Partager cet article

Repost 0
Published by Le vent qui souffle - dans vies parallèles ou coeurs de cibles
commenter cet article

commentaires