Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 15:54

 

La crise de la zone euro n'est pas tant celle de la dette que de la gouvernance. Il s'agit d'une crise politique. Les pays de l'Europe ont-ils la volonté de vivre ensemble?

 

Unie, la zone euro aurait la capacité d'enrayer la montée des taux d'intérêts sur les emprunts d'Etat. Unie, la zone euro serait capable de soutenir la concurrence des autres grands espaces économiques.  

 

La rigueur budgétaire relève du simple bon sens. Qui prétendrait que le gaspillage de l'argent public est anodin? En revanche, réduire des populations à la misère sous prétexte d'austérité n'est acceptable ni moralement, ni économiquement.

 

Les plans d'austérité mis en place en Grèce et en Espagne étaient voués à l'échec car leurs présupposés étaient faux et les conséquences induites, désastreuses.

 

La zone euro n'a pas attaqué le mal à sa racine: soustraire, au moins momentanément, le temps nécessaire à chaque pays pour reprendre pied, le financement de la dette publique aux banques privées, en permettant à la Banque centrale européenne d'acheter des titres d'Etat moyennant un taux d'intérêt quasi nul.

 

Au lieu de cela, les taux d'intérêt grimpent en flèche (23% pour la Grèce, plus de 6% pour l'Espagne et l'Italie) et réduisent à néant les efforts des populations pour revenir à l'équilibre des comptes publics.

 

Pire, les déficits se creusent sous l'effet conjugué de l'augmentation de la charge de la dette et de la récession provoquée par les plans dits d'austérité.

 

Par manque de lucidité ou de volonté politique, la zone euro est plongée dans l'absurde.

 

En mai 2010, les interventions de la BCE, sortie de son mandat traditionnel de maîtrise de l'inflation pour soutenir l'euro par des rachats de titres grecs, avaient été couronnées de succès: cf Le supplice de la crise grecque

 

Pourquoi l'Allemagne montre-elle apparemment de la réticence à secourir les autres pays de la zone euro?

 

L'orthodoxie économique allemande a fait ses preuves, et l'Allemagne brandit la règle d'or comme un totem. Elle voudrait s'en tenir là, là uniquement. 

 

Or, la prospérité de l'Allemagne dépend aussi de la bonne santé économique de toute la zone euro, avec laquelle elle commerce.

 

L'urgence n'est-elle pas à l'arrêt de la spirale déflationniste provoquée par le financement des dettes publiques sur les marchés privés? 

 

La rigueur budgétaire est nécessaire, mais n'est pas suffisante; les plans d'austérité aggravent le mal en provoquant de la récession; le seul moyen de juguler la progression infernale des dettes publiques et de revenir à l'équilibre des comptes est donc d'apporter de l'oxygène aux pays endettés par des prêts à taux zéro ou proche de zéro, garantis par la BCE (Banque centrale européenne). 

 

Alors seulement pourront advenir les conditions de la croissance. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le vent qui souffle - dans crise
commenter cet article

commentaires