Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 23:04

 

Brigitte Célérierlink ] brode la toile du net avec les mille petits riens qui font la saveur de sa vie quotidienne, celle-ci devenant partie intégrante de la nôtre au fil des lectures. Ah, l'écriture inquiète [ link ] de Brigitte Célérier! Elle avance sans en avoir l'air, d'un pas hésitant mais patient, d'une plume qui doute mais qui trace, accompagnée de photographies qu'elle prétend souvent ratées [ link ] mais qui illustrent pertinemment l'objet de son propos (qui n'est pas tant de montrer une perfection achevée que  l'accompli imparfait [ link ], les modestes travaux des jours...), et se demande sans cesse s'il convient de continuer à nourrir Paumée (tout un programme!), son blog [ link ].

 

Brigitte Célérier cultive l'amour discret de l'humain, qui perdure en dépit de tout, la maladie, la malchance, les déceptions, les désillusions, les insuffisances, les limites des uns, des autres ou de soi-même. Ses sorties quotidiennes dans les rues d'Avignon sont l'occasion de cueillettes qu'elle nous fait partager dans les billets de son blog comme autant de pépites qui nous font admirer l'art avec lequel, mine de rien, elle promène son regard et son coeur sur le monde et sur les gens. C'est ainsi que, sur le chemin du retour vers ce qu'elle appelle "l'antre", chargée de cabas mais la tête dans les nuages, elle s'arrête soudain, "émerveillée par le coeur qui filait lentement, allongé dans le ciel, au dessus de ses [mes] pas"  [ link ]...

 

Evidemment, Brigitte Célérier nous fait profiter des merveilles qu'elle glane au cours du festival d'Avignon et, tout au long de l'année, à l'occasion des programmations du calendrier culturel de la ville, sans oublier le fruit de ses lectures [ link ], riches et denses, qui occupent le temps libre au fond de "l'antre". Celui-ci devient ainsi - aussi - notre refuge. Et, dans le soir qui descend, nous faisons retour avec elle sur la journée écoulée, en tirons ce que pouvons, et nourrissons notre imaginaire de la cueillette du jour...  

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le vent qui souffle - dans pris sur le net
commenter cet article

commentaires

brigitte Celerier 22/06/2013 00:25


quel mereveilleux cadeau vous me faîtes - vais mettre bas la journée émue et presque fière