Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 23:04

La toile encerclée dans le tambour s'animait lentement... Semaine après semaine, chaque point brodé s'ajoutait aux autres comme une goutte d'eau qui se figeait. L'aiguille retraversait parfois le drap en sens inverse pour enlever des points. Des trous apparaissaient entre les fils relâchés de la trame. L'illusion de la surface lisse était percée. Le geste simplement suspendu de la brodeuse qui hésitait un peu avant le point suivant ne créait pas le même effet. La main allait se remettre en mouvement pour continuer la chaîne. Les points décousus montraient un tissu en train de se défaire pour qu'une broderie se fasse. La vieille Polonaise poussait l'aiguille patiemment avec un dé. Dans quel sens, vers quel endroit imaginaire, se laissait-elle dériver? J'observais la ligne de flottaison de ses fils de couleur. Je guettais sur la toile le moindre signe de ses motifs intérieurs. La pointe de l'aiguille avançait comme une proue par temps de petite houle. La petite trace de son sillage ne montrait rien d'autre, au début, que l'immensité du vide...

 

Couleur sienne, éditions La Chambre d'échos.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le vent qui souffle - dans extraits Chambre d'échos
commenter cet article

commentaires