Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 23:10

 

Un couple a été photographié* sur la place Rouge. Ils sont jeunes, se tiennent par la main. Leur visage est masqué par un morceau de tissu blanc. Ils avancent, semble-t-il, dans une sorte de brouillard. Le ciel pourrait être étincelant et les ombres des promeneurs ou des monuments, clairement découpées. L’été, cette année à Moscou, est caniculaire, mais la ville est grise. Des fumées toxiques rendent l’air irrespirable. Elles proviennent de gigantesques incendies de forêts qui cernent la capitale. Le feu, incontrôlable, s’avance vers des zones contaminées par la catastrophe technologique de Tchernobyl.

             (* Photo publiée dans "Le Monde", dimanche 8/lundi 9 août 2010)

 

 

En Inde et en Chine, les pluies de la mousson sont torrentielles. Au Pakistan, elles provoquent des inondations d’une ampleur inégalée depuis le Déluge biblique. Des millions de villageois quittent leurs fermes ravagées. Les photos qui circulent autour du monde les montrent avec de l’eau jusqu’à la poitrine, un maigre baluchon tenu au sec à bout de bras, soutenant qui, un enfant, qui, un vieillard, en lutte contre la force du courant, en marche (?) au travers de l’étendue liquide qui s’est substituée à leurs champs, qui a noyé leurs cultures, anéanties par une sorte de monstre que les experts appellent « catastrophe naturelle ».

 

Eté 2010. 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le vent qui souffle - dans chronique
commenter cet article

commentaires