Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

21 juillet 2012 6 21 /07 /juillet /2012 10:18

La maison a tremblé au survol strident d'un ou de plusieurs Mirage qui ont rasé les toits du village. Ailleurs dans le temps ou dans l'espace, le village ne serait plus que ruines fumantes... Voir le monde de haut... A la façon de Yann Arthus-Bertrand pour le photographier, ou du général Harris pour le bombarder... J'ai entendu mes ascendants raconter l'approche d'une flotte de bombardiers. Bourdonnement faible qui s'amplifiait jusqu'au déclenchement des sirènes d'alarme, panique et course aux abris... L'alerte était parfois inutile, brève ou interminable. L'intensité des explosions était plus forte du côté de la gare, des infrastructures et de la logistique. Quand la ville entière était pilonnée, il devenait impossible de localiser les immeubles et les quartiers touchés.

 

Des colonnes de cendres et de feu s'élèvent dans le ciel de Beyrouth, ce dimanche 16 juillet 2006...

 

Juillet 2012: je ne rapproche que les images vues à la télévision, dans les journaux, sur Internet: des colonnes de cendres et de feu s'élèvent dans le ciel de Damas. Vu le visage de cette jeune fille habituée à déclarer que tout va bien et qui s'effondre devant la caméra qui l'interroge, à la frontière libanaise,  en implorant qu'Allah protège la Syrie... 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le vent qui souffle - dans droits humains
commenter cet article

commentaires