Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 00:04

"Nos dirigeants sont dans le déni de la réalité, affirme Paul Krugman, prix Nobel d'économie. Ils enrobent tout de sucre. Ils fuient leur responsabilité."

 

"Personne ne veut regarder les choses en face, écrivait Joseph Stiglitz, autre prix Nobel, fin 2009. Depuis le début de la crise, on s'est contenté de déplacer les fauteuils sur le pont du Titanic."

 

Crise sociale, crise financière, crise écologique, crise alimentaire, crise démocratique... Dans bien des domaines, nos sociétés approchent d'un point de non-retour, de basculement. La France, l'Europe et la planète tout entière sont à la croisée des chemins. Pour le meilleur ou pour le pire, les livres d'histoire parleront dans vingt ans des années 2013-2014. Comme des années soit d'effondrement, soit de sursaut, de renaissance.

 

Le programme économique du PS a été rédigé pour l'essentiel en 2010, quand beaucoup pensaient que la crise touchait à sa fin et que l'activité allait reprendre comme avant. Il prévoit le retour à la croissance dès 2013. Visiblement, ce n'est pas le cas. Il est fondamental que la gauche française fasse enfin son aggiornamento.

 

Qui peut croire que la crise est finie?

 

"417.000 nouveaux chômeurs d'ici fin 2013."  Les prévisions publiées par l'Unedic le 16 mai 2012 auraient dû être à la une de tous les journaux... 417.000 chômeurs supplémentaires en 18 mois! Alors que le nombre de chômeurs a déjà augmenté de 1.500.000 depuis que la crise des subprimes a commencé....

 

Fin 2010, un rapport de l'Observatoire national des zones urbaines sensibles montrait que le chômage atteint 43% des hommes jeunes dans les quartiers sensibles. Comment parler de République, comment parler de Liberté, d'Egalité ou de Fraternité quand, dans certains quartiers, les chiffres officiles (qui sont toujours en dessous de la réalité) disent que près d'un jeune sur deux est au chômage? 

 

La crise s'aggrave dans tous les pays de l'Europe, Allemagne incluse puisque les commandes à l'industrie et les ventes de détail y reculent. Quant au Royaume-Uni, il s'enfonce dans la récession.

 

A la fin des années 1980, beaucoup affirmaient que le Japon allait dominer l'économie mondiale au XXIè siècle. Or, la croissance impressionnante de ce pays était due principalement à une énorme bulle. Depuis son éclatement, le Japon n'arrive pas à sortir de la crise. 

 

Si l'Europe était seule au monde, on pourrait penser qu'elle est partie pour vingt ans de lente dégradation comme le Japon. Mais, si nous ne changeons pas très vite de politique, l'Europe risque d'être bientôt déstabilisée par les crises qui se préparent chez nos deux grands partenaires: les Etats-Unis et la Chine. 

 

En 2007, c'est bien des Etats-Unis qu'est partie la crise des subprimes. Les USA s'approchent de la falaise budgétaire. La dette totale des Etats-Unis a dépassé les 360% du PIB. Le niveau de dette atteint au plus fort de la crise de 1929 est dépassé depuis longtemps. Or, les dirigeants américains constatent que l'économie réagit de moins en moins aux stimulus qu'ils lui envoient. Les Etats-Unis risquent le K.O même en repoussant encore la falaise tant redoutée.

 

"Le roi dollar est nu. La surabondance de création monétaire risque de faire sauter le dollar lui-même", affirmait déjà Jean-Marc Vittori dans Les Echos le 16 novembre 2010.

 

En 2016, le krach ultime?

 

Vittori est l'un des rares journalistes qui avait annoncé la crise des subprimes avant qu'elle se déclenche. Dans un éditorial publié fin 2009, il annonce pour 2016 l'"ultime krach": les Etats-Unis n'arrivent plus à financer leur dette. Ils ne trouvent plus d'acheteurs pour leurs Bons du Trésor. C'est le "Treasury Bond Crach": on entre dans une époque que nul n'arrive à imaginer... Les uns après les autres, les grands pays occidentaux ne parviennent plus à financer leurs dettes. Les conséquences sont immédiates et concrètes: ils ne savent plus comment payer les retraites ni les salaires des fontionnaires (enseigants, médecins, policiers...)

 

En Chine, la bulle immobilière a atteint un volume deux fois plus important que le maximum atteint par la bulle immobilière aux Etats-Unis en 2007, et elle vient juste d'éclater... La Chine, que beaucoup nous présentaient il y a quelques mois encore comme le sauveur de l'Europe et du monde réunis, est sans doute la zone du monde la plus instable économiquement. En effet, la partie robuste de l'économie constituée par les dépenses de consommation courante des ménages, est deux fois plus petite en Chine que dans le reste du monde. Des centaines de millions de Chinois gagnent moins de 2 euros par jour! Avant que la bulle éclate, avant que les exportations ralentissent, il y avait déjà 22% de chômage. Que va-t-il se passer maintenant? Sommes-nous sûrs que ce qui s'est passé en Allemagne entre 1929 et 1945 ne peut pas se reproduire en Chine dans les dix ou quinze ans qui viennent?

 

Comme en 1930, une course de vitesse est engagée.

 

Après l'éclatement de la crise de 1929, deux livres majeurs avaient été publiés à quelques semaines d'intervalle. En 1930, Sigmund Freud écrit Malaise dans la civilisation. Il pressent la barbarie sur laquelle peut déboucher la pulsion de mort qui anime le capitalisme. La même année, Pierre Mendès France publie Contribution aux Etats-Unis d'Europe où il écrit que, pour éviter le chaos, "Une course de vitesse est engagée entre l'Internationale des peuples et l'Internationale des capitaux"... Qui va la gagner? 

 

extraits de "La gauche n'a plus droit à l'erreur", Michel Rocard, Pierre Larrouturou, éditions Flammarion, décembre 2012

www.collectif-roosevelt.fr

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le vent qui souffle - dans crise
commenter cet article

commentaires

brigitte Celerier 28/02/2013 00:14


le problème est qu'iis sont dans le dénis au détriment des peuples (et ils s'étonnent des résultats)

Le vent qui souffle 28/02/2013 10:55



oui, et ils pratiquent aussi, cela est très grave, le déni de la démocratie