Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 00:06

par Sandrine Goldschmidt

 

Pinar Selek est une jeune femme turque, sociologue antimilitariste et féministe, poursuivie par la justice de son pays pour un attentat imaginaire… en réalité pour sa jugée trop grande sensibilité à l’égard de la cause des kurdes (voir explications ci-dessous). Une situation tellement absurde que je parlais même d’elle comme une “Joseph K turque”, en référence au caractère Kafkaïen de l’affaire.

 

Eh bien, un an après, ce n’est pas fini ! Car si, encore une fois, la justice a bien été obligée de reconnaître son innocence dans un non-attentat, (elle a été acquittée pour la 3ème fois en février 2011), la cour de cassation a pour la troisième fois cassé le jugement, reporté au 7 mars 2012. Du coup, elle n’est toujours pas libérée de ce cauchemar et ne peut vivre normalement.

 

Vendredi prochain, le 24 février, une soirée de soutien est organisée à Paris, en sa présence, avec prises de parole et un concert de Système D, sur la péniche ANAKO.

 

link

Partager cet article

Repost 0
Published by Le vent qui souffle - dans droits humains
commenter cet article

commentaires