Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le vent qui souffle
  • le vent qui souffle
  • : Un souvenir surgissait parfois des mots comme un djinn d'une jarre, un souvenir imaginé, un oubli imaginaire... Le jeu de l'oubli dans l'écriture consistait à donner une forme à ces souvenirs blancs qui s'échappaient comme des fantômes...
  • Contact

Recherche

Autoportrait

         Qui étais-je vraiment? /

Ballet d'oiseaux

          au bord de la mer  

Impossible livre

      Mots

    déploiement géométrique, sonore, temporel

Les mots/"Sons" dessus dessous?/Où (hou!hou!) sont les sons?/Sur les ondes/Tout se jouait entre deux mots qui se fuyaient/Ecrits déchirés/Les mots me manquent/Mots à profusion/Fond et forme/L'art de combiner les sons/Passerelles de mots/Sous le couvert des mots /Ma voix résonne dans le désert!/C (Qu) antique/Mots creusés-creusets /Mots interdits /Mots /                       

       Motifs

     Leitmotiv/    

         Ombres

     Point de rencontre /Aboli bibelot /Portrait/  

         Images

     Images découpées/La dernière image de lui/ Autoportrait /  

          la lettre i

     Démolition/DESPERADO/Eperdument/  

           immense

     Un océan à traverser/Plans sur la comète, rêverie géante.../  

            improvisations

     Nécessité fait loi?/ Chevauchée fantastique/  

             invisibles frontières  

     Moi et/ou moi/Acrostiche/Du trajet au destin (tragédie?)/Elle ourlait le bord des précipices.../Incertains rivages/L'usine/Couloirs du temps/  

          itinéraires

     Rose des vents/Prendre le large/

24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 23:04

Je suis fascinée depuis toujours par le langage, par cette capacité d'expression et d'abstraction qui nous fait sortir des murs sensoriels de notre corps tout en y étant originellement ancrée, car le langage est indissociable de la langue, au sens propre comme au sens figuré. Dieu, selon la tradition, est Verbe car il est possible de penser que le langage, d'une certaine façon, transcende nos actions. L'activité de la pensée, mise en oeuvre par le langage, nous fait accéder à l'universel. Est-il raisonnable de réduire le langage à notre corporéité alors qu'il est l'ADN du cosmos et des étoiles et de l'Univers tout entier? E=mc2 est l'expression tellement simple et limpide d'un mécanisme de l'Univers dont Einstein admirait l'intelligence des Lois à l'Oeuvre... Quelle est cette Intelligence qui nous dépasse tellement? Quelle est la nature profonde de ces borborygmes que nous nous adressons et qui sont complètement hermétiques quand nous ne maîtrisons pas la langue utilisée? Lorsque j'entends parler dans une langue qui m'est étrangère, je reste plongée dans un étonnement sans mesure à l'idée que le flux sonore monotone qui s'écoule de la bouche d'un humain est en réalité une fluctuation mélodieuse de sons qui exprime une multitude de variantes d'états mentaux saisis ou ressaisis par la palette infiniment variée des expressions du langage. M'est venue l'idée d'exprimer graphiquement cet étonnement par un jaillissement de lettres qui font système entre elles car elles font partie d'un code, mais qui ne contribuent que progressivement à faire apparaître un sens, qui reste mystérieux...  

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le vent qui souffle - dans mots denses qui dansent
commenter cet article

commentaires